Apports de protéines : équilibre alimentaire et variété

apport-protéine-équilibre-alimentaire-variété- Lou-creative-food

Apports de protéines : équilibre alimentaire et variété

 

A l’heure où la consommation de viande fait débat, il semble de bon ton de reprendre les bases pour comprendre les besoins en protéines de notre organisme et l’incidence de nos modes de consommation sur notre corps et sur la planète… Et si bien manger était juste une histoire d’équilibre ?

 

 

Les protéines, pour quoi faire ?

 

Depuis tout petit, on nous répète qu’il faut manger de tout pour bien grandir, mais peu de gens ont eu l’occasion d’apprendre pourquoi et quel aliment pour quel bienfait.

Si notre organisme est en mesure de fabriquer une partie des éléments dont a besoin notre corps à partir de ce que nous mangeons, il est bien incapable de fabriquer des protéines. Or, les protéines sont essentielles à notre santé car elles renforcent les os, les muscles, les cheveux, les ongles, la peau, et permettent également la bonne communication interne : fabrication des hormones, des différentes enzymes et même des anticorps du système immunitaire.

N’étant pas produites par le corps, elles doivent alors être apportées par l’alimentation, en plus d’être fournies au quotidien car notre organisme n’est pas non plus capable de les stocker…

Difficulté supplémentaire, la gamme des protéines est composée de 20 acides aminés dont 8 sont essentiels, c’est à dire impératifs pour que notres corps puisse composer les autres. Et notre organisme demande la présence de chaque acide aminés. Qui ne se trouvent pas tous dans chaque aliment…

 

Il semblerait donc que l’apport en protéines soit une affaire complexe qu’on ne peut pas réellement résoudre en répondant uniquement à la question “viande ou pas viande ?”. Les alimentation à base de viande tout comme les alimentations végétariennes ou végan étant finalement toutes sujettes à des carences si la variété n’est pas au menu.

 

La viande et le végétal : une histoire d’association

 

Pour couvrir les spectres des protéines, la solution réside dans l’association des sources. Lou Creative Food s’attache à vous confectionner des recettes goûteuses recoupant différentes sources de protéines, animales ou végétale, pour répondre à toutes les alimentations, mais aussi aux besoins de votre corps.

Si la viande est riche en protéines, elle a le désavantage de contenir du cholestérol, des graisses et d’être plus longue à digérer. Au contraire, les aliments riches en protéines végétales sont également riches en glucides, fibres et autres éléments dont notre organisme est demandeur. La clé est donc d’être raisonnable et de varier les plaisirs.

Au jambon sec, fromages, dinde, thon, crevettes, oeufs, yaourts, ajoutez des graines des chanvres, de soja, de courge, de chia, des lentilles, des haricots rouges, des céréales…

Vos repas n’en sont que plus riches, vos papilles se régalent et votre corps vous dit merci !

 

 

Production, mondialisation et retombées écologiques

 

Au delà des questions liées à l’équilibre alimentaire, la tendance du slow food dans laquelle s’inscrit Lou Creative Food, prend en compte l’impact écologique des modes de consommation. Un seul mot d’ordre : consommer “responsable” ! Une philosophie quelque peu délaissée par l’alimentation occidentale, à laquelle viennent se joindre aujourd’hui les pays en développement tels que la Chine et l’Inde, pays les plus peuplés au monde.

Outre le fait que nourrir la population mondiale sur ce modèle semble compromis, la production de viande entraîne quelques excès… Selon la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nation), le bétail “à viande” serait responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre et de pas moins de 80% des émissions du secteur agricole.

“La production d’aliment pour le bétail (avec ajout d’engrais), la physiologie des animaux, la chaîne de transformation de la viande (avec chambre froide)… en tout et pour tout, l’élevage est à la source de 5 % des émissions de dioxyde de carbone (CO2), 53 % du protoxydes d’azotes (N2O) et 44 % du méthane (CH4).” (1)

Le problème ne vient pas du fait de consommer de la viande, il vient de la démesure.

Consommer responsable, c’est aussi manger local et qualitatif, manger moins de produits d’origine animale en rééquilibrant nos assiettes, mais manger mieux.

 

Plus qu’une tendance, et plus qu’une démarche centrée sur soi, manger mieux s’inscrit dans une démarche multigénérationnelle de vivre mieux, tournée vers le futur.

 

Lou Creative Food

 

(1) Futura Sciences – La viande est-elle mauvaise pour le climat ?

Foodspring – Aliments riches en protéines

Lanutrition.fr – Les protéines, briques de l’organisme

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.